Selon un sondage du début janvier 2018, 79 % des Français (soit près de 8 personnes sur 10) croiraient à au moins une théorie du complot et 25 % à plus de 5 théories du complot ! 32 % pensent que le virus du sida a été créé par des labos et testé sur les Africains ! 19 % estiment que les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher n'ont pas été réalisés que par des islamistes. Et les meilleures : 9 % estiment possible que la Terre soit plate et 18 % des 18-24 ans pensent que Dieu a créé l'être humain et la Terre il y a moins de 10 000 ans ! Et ceux qui y croient le plus ont voté Le Pen et Mélenchon.

Aux USA, de nombreux chrétiens créationnistes pensent que la Bible a décrit la vérité historique et que les dinosaures étaient contemporains des premiers hommes.

En Inde, le Premier ministre Modi estime que Ganesh, le dieu hindou à tête d'éléphant est la preuve qu'à l'époque lointaine des sciences des Védas, il était possible d'implanter une tête d'éléphant sur un corps humain !

ganesh_dessin.jpg

Le dieu Ganesh

Les périodes d'élections, comme on l'a vu aux USA et en France, sont aussi propices à la diffusion de fausses nouvelles ou fake news.

Sommes-nous devenus plus crédules qu'autrefois ?

Les histoires de notre enfance

Dans notre enfance, nous avons appris l'irrationnel avant le rationnel. On nous a raconté que le Père Noël nous apportait des cadeaux par la cheminée. Les appartements modernes n'ont plus de cheminée, mais le Père Noël est toujours là, avec son traineau et ses rennes.

Ceux qui ont eu une éducation religieuse chrétienne ont appris que Dieu a créé le monde en 6 jours et qu'il s'est reposé le 7e. Ils ont appris qu'Adam et Eve était les premiers humains créés par Dieu. Ils ont eu 2 fils. Caïn a tué Abel. L'humanité est-elle née d'un inceste, Eve ayant couché avec son fils le méchant Caïn ou avec Abel avant qu'il soit tué par son frère ? Marie est vierge ET mère !

adam_eve_cain_abel_peinture_18e.jpg

Adam et Eve avec Caïn et Abel, leurs deux enfants. peinture italienne du 18e siècle

Ceux qui ont eu une éducation dans une autre religion ont appris que Moïse a reçu les tables de la loi, avec les 10 commandements, de la main de Dieu qui lui a parlé d'un buisson en feu. Ils ont appris que Mahomet a voyagé de nuit, d'Arabie Saoudite vers Jérusalem, en volant sur le dos d'un animal blanc magique. Ils ont appris qu'il existe des dieux à tête d'éléphant, des dieux qui ont des bras multiples ou à la peau bleutée. Ils ont appris que chacun a un karma qui détermine ses actions et sa vie et qu'on peut ensuite se réincarner en un animal ou un humain pour une vie meilleure ou pire, selon la vie qu'on a mené. Etc.

Puis nous sommes allés à l'école. Nous avons appris d'autres vérités dites scientifiques parce qu'elles sont confrontées à la réalité. On nous a fait bien comprendre qu'il y a d'un côté les contes et légendes, les histoires romancées, le cinéma, tout cela fait pour développer notre imagination et notre plaisir, et de l'autre côté la réalité, les vérités validées quand elles sont démontrées par la science.

Certains ont même cru qu'avec le développement de l'éducation, les vieilles religions et leur cortège de superstitions allait disparaître au profit de la Raison.

L'homo emoticus

Entre imaginaire et science, il y a une troisième voix : la croyance et l'émotion.

Quand nous sommes dans la pensée religieuse, nous adhérons de manière émotive à des idées non démontrables, que nous ne cherchons pas à contester car elles sont été révélées par des écrits sacrés ou transmises par des personnes ayant autorité. Les idées religieuses ne peuvent pas être vérifiées, car ce sont des croyances et les croyances sont toujours vraies tant qu'on y croit. Elles évoluent, malgré tout, dans le temps : beaucoup de croyants ne croient plus à une interprétation littérale des textes religieux, même si le fanatisme religieux a tendance à se développer à nouveau.

Quand nous sommes dans la démarche scientifique, nous cherchons, par l'expérimentation, à vérifier si ce qui est avancé est réel, juste ou faux. Les théories scientifiques sont évolutives et sont questionnées en permanence, même si certains scientistes confondent parfois leur discipline avec la vérité absolue.

On peut avoir à la fois des croyances religieuses et une démarche scientifique. Pour cela, de manière souvent inconsciente, nous nous dédoublons, appliquant un esprit cartésien, scientifique à la vie quotidienne et mettant en sommeil notre esprit rationnel pour adhérer à des évidences non questionnées : nous trouvons telle ou telle personne sympathique ou antipathique, par simple impression ou sensation, nous avons telle ou telle conviction politique ou religieuse, etc. Car nous sommes tous des " homo emoticus" qui vivent avec des émotions irrationnelles qui font notre personnalité et qui nous sont utiles dans nos relations avec les autres (humains ou animaux).

En oubliant l'homo emoticus, on a cru que les relations sociales et économiques ou la Bourse pouvaient être analysées de manière rationnelle mais on a découvert les théories comportementales appliquées à l'économie. L'être humain, qui aime, qui recherche le plaisir, qui a peur, qui peut devenir violent est donc un être irrationnel dans une grande partie de ses comportements. L'être humain n'a pas l'esprit cartésien que certains espéraient qu'il aurait une fois cultivé, éduqué.

Post-vérité, culte du flou

On a longtemps pensé qu'une fois cultivé, éduqué, bref, civilisé, l'être humain serait débarrassé de ses comportements irrationnels et religieux. Mais l'antisémitisme nazi est-il si différent des accusations de profanation d'hosties (13e siècle), de meurtres rituels d'enfants (des débuts du christianisme au début du 20e siècle).

Il n'y a plus de chasse aux sorcières (15e-17e siècle) ou d'Inquisition (13e-16e siècle), mais le racisme des suprémacistes américains, les guerres récentes en ex-Yougoslavie, les attaques islamistes contre les chrétiens d'Orient, la chasse aux Rohingyas, le conflit Israël/Palestine, les conflits chiites/sunnites, etc., font appel à la désinformation, aux fake news, à la manipulation de l'Histoire, comme autrefois.

Dans les pays démocratiques occidentaux, on voit ressurgir des croyances et des comportements qu'on croyait disparus. Certains doutent maintenant de faits admis par tous (la terre est ronde, l'homme a marché sur la lune), d'informations scientifiques ou médicales avérées (changement climatique, vaccins).

Il est maintenant question de faits alternatifs : Trump ne dit pas de mensonges, il ne diffuse pas de fausses nouvelles, il se contente de diffuser Sa vérité, Ses nouvelles, Sa vision du monde !

Ne jugeons pas, respectons les opinions des autres : toutes les opinions sont bonnes à prendre. La vérité ou les faits n'ont plus d'importance. Nous sommes à l'heure de la post-vérité et du culte du flou.

Les neurosciences et la psychiatrie commencent à comprendre comment fonctionne notre cerveau face aux croyances.

Il est question de perception illusoire de modèles et de distorsion d'un processus cognitif : nous pouvons faire des liens entre des éléments indépendants les uns des autres, car nous ne croyons pas facilement au hasard et à l'aléatoire, toujours en recherche de sens cachés et de modèle explicatif. Plus nous avons de croyances irrationnelles et plus notre cerveau en recherche d'autres pour justifier les croyances précédentes et écarter les informations qui nous dérangent.

Par exemple, on commence à douter des religions traditionnelles, mais comme on a besoin de continuer à trouver un sens à sa vie, au lieu de basculer dans l'athéisme ou le doute religieux, on commence à picorer des croyances parmi les plus exotiques, on découvre l'énergie, le karma, la réincarnation. On doute alors des avancées médicales occidentales, la méfiance se développe vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques, du corps médical, des vaccins, des médicaments et, malgré une scolarité normale, voire universitaire, on finit par penser que l'âme et l'énergie qui sont en nous peuvent nous aider à guérir, par la pensée, par l'imposition des mains, etc. Et comme on a quand même un vernis scientifique, on trouve des justificatifs en détournant des données scientifiques, en empruntant le langage scientifique sans la démarche : médecine alternative, oui, mais médecine quantique avec appareil de biofeedback pour détecter les ondes électromagnétiques émises par nos cellules. Et si les scientifiques officiels s'en moquent, c'est parce qu'ils sont aveuglés par leurs propres incompétences.

biofeedback.jpg

Ces certitudes sont souvent renforcées par la perception de phénomènes surnaturels, par une sélection d'informations qui nous font alors douter de tout : on nous trompe, on nous ment. Les institutions, l'enseignement, la démocratie, la médecine, la police, peuvent être contestées, au profit d'un syncrétisme variable selon les individus. Pour ne pas se sentir isolé, on se regroupe en tribus, partageant les mêmes post-vérités et les mêmes théories du complot. Les réseaux sociaux renforcent ce sentiment d'appartenance à une élite minoritaire qui sait voir ce qu'on nous cache, avec un effet de renforcement : nous aimons un type d'info et Facebook et consorts se chargent de sélectionner les infos qui nous plaisent et ne diffusent plus que ce type d'info au point de nous faire croire que ce sont les seules et qu'elles sont vraies. Finie la diversité des infos et des points de vue. Une bulle se créée autour de nous qui nous maintient dans un cadre sécurisant. On se retrouve entre croyants de la même chapelle et toute info différente alimente la théorie du complot !

Info de dernière minute : j'ai appris de source sûre que Johnny Hallyday avait fait comme Michael Jackson : il a simulé sa mort pour échapper au fisc et à ses fans (à moins que ce soit pour éviter les Reptiliens qui veulent diriger le monde) et se cache, quelque part entre St Bart et Los Angeles où sa famille est allé le rejoindre ! Vous en doutez ? Avez-vous vu une photo de Johnny mort ? Savez-vous pourquoi Laetitia ne veut pas revenir en France ? Avez-vous vu des photos de ses 2 filles tout sourire, comme si leur père n'était pas mort ?