Un article sur la ville faite pour les hommes dans Télérama du 28/5/14, un article dans Libé du 3/6/14. Et voilà notre société machiste qui est mise en valeur dans la ville. Cette évidence ne m'était pas apparue jusqu'à présent. Peut-être parce que les activités spécifiques aux "filles" ne m'ont jamais intéressées. Peut-être parce que d'allure sportive un peu masculine et généralement en pantalon, j'ai toujours été invisible aux hommes en rut et je n'ai jamais été harcelée en tant que femme ! Je trouvais très bien qu'on propose des jeux de boule pour les personnes âgées (des hommes), des skate-parks pour les jeunes (des ados masculins), des stades pour petits et grands (encore majoritairement des hommes). Je trouvais intéressant qu'il y ait des terrasses de café pour les beaux jours (majoritairement des hommes) et des bistrots avec télé (branchés sur le foot ou les compétitions automobiles, très masculines). Sans réaliser que la ville n'était pas d'un usage mixte mais qu'elle avait été surtout pensée par et pour les hommes.

En effet, quels sont les espaces publics où les femmes peuvent se sentir à l'aise et en sécurité pour flâner dans la ville en dehors des rues commerçantes ? Quels sont les espaces publics adaptés aux petites filles ou aux jeunes filles ? Seuls les jardins d'enfants sont prévus pour accueillir la mère et ses jeunes enfants (garçon ou fille). Rien après 5 ou 6 ans. En fait, 75 % du budget loisir des communes bénéficie aux mâles ! Et une femme immobile en ville est généralement une prostituée. Les femmes sont condamnées à marcher sans s'arrêter dans certains quartiers si elles veulent éviter d'être harcelées ou simplement reluquées et sifflées et à éviter de marcher seules la nuit.

La ville n'est pas seulement hostile aux handicapées ou aux personnes âgées (qui manquent de bancs pour se reposer, ne pouvant faire à pied de longues marches d'une traite sans se reposer), elle est aussi hostile aux femmes, elle est le royaume des mâles, de 7 à 77 ans ! Alors que les femmes sont 53 % des êtres humains. Ce sont les femmes qui, majoritairement, se déplacent en ville, souvent à pied et dans les transports en commun, pour aller faire les achats, pour fréquenter les associations ou les lieux de culture. Et rien n'est pensé pour elles.

Si cette réflexion vous intéresse, l'agence d'urbaniste a'urba a étudié, en 2010, l'usage de la ville par le genre : les femmes Cette étude concerne la ville de Bordeaux mais la majorité des remarques est en fait valable pour l'ensemble des villes. Vous regarderez la ville d'un autre œil. Bien des évidences sont mises à mal.

P.S. : La lecture de l'étude est déconseillée aux anti théorie du genre, car elle fait constamment référence au genre.